dimanche 23 juillet 2017

De la vache, et des expressions bien vaches en français

DictionnaireFemelle du taureau, la vache est aussi la vedette de nombreuses expressions et formules qui participent à la richesse et à la drôlerie de la langue française. Mais les locutions bovines, souvent familières et parfois argotiques, ne sont pas toujours très gracieuses ou aimables. Elle a bon dos, cette pauvre vache...



Vous connaissez bien sûr les expressions vaches les plus courantes : le plancher des vaches (la terre ferme, par opposition à la mer), la vache à lait (quelqu’un ou quelque chose dont une personne tire profit), la grosse vache (une femme qui a trop d’embonpoint), une peau de vache (une personne méchante).

En aussi l’amour vache, une période de vaches maigres, un coup vache ou en vache, pleurer comme une vache, parler français comme une vache espagnole, il pleut comme vache qui pisse, etc.

D’autres tournures et formules sont, elles, plus rarement employées. Comme l’expression proverbiale « S'il ne tient qu'à cela, la vache est à nous », qui signifie « Nous sommes sûrs de réussir ».

Un peu plus communément, quand l’on dit qu’ « une vache n’y retrouverait pas son veau », on constate qu’il y a un sacré désordre.

Le proverbe « chacun son métier, les vaches seront bien gardées », de son côté, signifie que tout va bien quand chacun ne se mêle que de ce qui le concerne.

Les expressions avec la célèbre vache enragée sont plus un peu plus subtiles. Aujourd’hui, « manger de la vache enragée » signifie être dans une situation pécuniaire très difficile.

Mais autrefois, quand l’on disait d’un homme qu’il avait mangé de la vache enragée, cela signifiait qu’il avait souffert de grandes fatigues (à la guerre, dans des voyages). Toujours autrefois, mais un peu plus tard, les privations s’étaient ajoutées aux fatigues, d’où l’évolution vers la signification actuelle.

Quant à l’expression avoir mangé de la vache enragée (et non en manger, notez la nuance), cela signifie que l’on est devenu enragé soi-même. Donc énervé, voire violent.

Certaines vacheries et tournures inélégantes ne datent pas d’hier. On trouve ainsi l’expression « Il a pris la vache et le veau » dans la première édition du Dictionnaire de l’Académie française (1694). Où il faut comprendre que l’on parle d’un homme qui a épousé une femme enceinte, et que ce n’est pas lui le père.

Et le fameux adieu veau, vache, cochon, d’où vient-il ? Pour être exact, l’expression correcte est adieu veau, vache, cochon, couvée. Il s’agit d’une citation extraite de la fable La Laitière et le Pot au Lait de Jean de La Fontaine.

L’expression adieu veau, vache, cochon, couvée est la conclusion de la mésaventure de Perrette qui, faisant tomber son pot de lait, voit ses rêves de meilleure fortune et de richesse s’envoler. C’est vache.


Articles populaires