dimanche 12 octobre 2014

Pluies diluviennes : pourquoi ce mot, que signifie-t-il ?

pictogramme rubrique QuestionDans le bulletin météo, on parle aujourd'hui de « pluies diluviennes » qui s'abattent sur une ville, un département, une région. Cela signifie qu'il pleut, donc, et vraiment beaucoup. Pourquoi utilise-t-on l'adjectif diluvien dans ce cas ? D'où vient ce mot, et que signifie-t-il exactement ?


nuage avec une forte pluie (dessin)Dans le dictionnaire, c'est à diluvien, et non pas à diluvienne, qu'il faut chercher la définition du mot. Car il s'agit d'un adjectif, dont la forme masculine au singulier est donc diluvien.

Selon le dictionnaire de l'Académie française, cet adjectif a pour origine le mot latin diluvium, qui signifie déluge. Le déluge étant, dans la mythologie religieuse, l'inondation générale de la Terre, difficile de trouver un superlatif plus explicite !

La pluie diluvienne, c'est la pluie non seulement torrentielle mais aussi qui inonde tout. Celle dont l'intensité est si exceptionnelle qu'il n'y a pas d'adjectif plus fort pour la qualifier.

Au fait, doit-on parler de pluie diluvienne au singulier, ou de pluies diluviennes au pluriel ?

Le Dictionnaire de l'Académie cite un exemple au singulier ("une pluie diluvienne") mais précise, à la définition du mot pluie, que l'on utilise ce mot pluie au pluriel "pour parler de précipitations survenues en un temps, en un lieu déterminés", comme dans "Des pluies torrentielles. Les pluies automnales. La saison des pluies des régions tropicales".

S'il pleut vraiment très fort, vous pouvez donc dire, en regardant cette pluie torrentielle tomber : quelle pluie diluvienne ! Et les prévisionnistes météo peuvent aussi très bien parler d'épisodes de pluies diluviennes dans telle ou telle région.

Pour être complet sur l'adjectif diluvien, sachez qu'il ne s'emploie pas uniquement pour parler de la pluie. Toujours au sens figuré (puisque c'est là son usage), on peut aussi parler, par exemple, d'eaux diluviennes, que l'on qualifie ainsi quand elles sont très abondantes.

L'Académie signale aussi, dans son dictionnaire, l'utilisation en géologie des expressions dépôt diluviens ("dépôts du Quaternaire, ainsi nommés parce qu'on attribuait leur formation à des crues extraordinaires"), terrains diluviens et roches diluviennes.

Quant à l'adjectif antédiluvien (et non pas antidiluvien), il signifie "antérieur au déluge", qui a existé ou s'est produit avant. On parlera par exemple d'un animal antédiluvien ou, au figuré, d'un outil antédiluvien ou de coutumes antédiluviennes (pour parler de choses très anciennes).

Et des pluies antédiluviennes, ça existe ? Eh bien oui, pourquoi pas ! Mais il s'agira alors d'évoquer (on se demande bien pourquoi, au passage) des pluies qui sont tombées AVANT le déluge, et non pas de celles qui sont de même nature que celles qui ont causé le déluge. Subtil.

Articles populaires