vendredi 23 mai 2014

Moustique tigre en France : le point pour l'été 2014

Santé[ Article mis à jour en mai 2014 ]
Originaire d’Asie, le moustique tigre (Aedes albopictus) est un insecte nuisible, qui peut transmettre des maladies comme la dengue ou le chikungunya. Dans un récent communiqué, la Direction générale de la santé (DGS) a de nouveau confirmé son implantation dans de nombreux départements en France métropolitaine. Et qualifie toujours, comme l'an dernier, la situation de préoccupante.


moustiqueSelon le point de la DGS de début mai 2014, le moustique tigre est aujourd’hui définitivement implanté dans 18 départements en métropole (contre 17 en 2013).

Dans l’ordre d’implantation au fil des années (depuis 2004), il s’agit des départements suivants : Alpes-Maritimes, Haute-Corse, Corse du Sud, Var, Alpes-de-Haute-Provence, Bouches-du-Rhône, Gard, Hérault, Vaucluse, Lot-et-Garonne, Pyrénées orientales, Aude, Haute-Garonne, Drôme, Ardèche, Isère, Rhône et Gironde (nouveauté 2013).

La DGS signalait également l'an dernier que le moustique tigre avait été détecté dans les Pyrénées-Atlantiques, en Aveyron, en Saône-et-Loire, dans l’Ain, en Savoie et en Haute-Savoie.

Le problème de santé concerne la possible transmission, par ce moustique tigre, de la dengue et du chikungunya. En piquant, en France, une personne infectée lors d’un voyage à l’étranger, le moustique peut transmettre, toujours en France, le virus à une autre personne saine en la piquant à son tour. Puis cette personne peut alors contaminer un autre moustique sain en étant piquée par lui, et ainsi de suite.

La DGS se veut toutefois rassurante, en précisant qu’il n’y a pas, à l’heure actuelle en France métropolitaine, dans les départements concernés, d’épidémie de dengue ou de chikungunya. Le moustique tigre et les maladies qu’il peut véhiculer font cependant l’objet d’une surveillance particulière, renforcée depuis le 1er mai 2014 pour la période estivale (c'était le cas également l'an dernier).

En outre, dans les zones où le moustique est « présent et actif », les pouvoirs publics (DGS, Agences Régionales de Santé, conseils généraux et communes) mènent des actions pour sensibiliser les habitants à la lutte contre le moustique tigre et sa prolifération.

Si vous habitez ou résidez pendant des vacances dans un département concerné, la DGS demande d’adopter des gestes simples :

▪ enlevez les soucoupes des pots de fleurs ou, à défaut, éliminez les eaux qui y stagnent, aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur des habitations ;
▪ éliminez les eaux stagnantes à l’extérieur (pneus, encombrants, déchets) ;
▪ renouvelez l’eau des vases au moins une fois par semaine ;
▪ vérifiez le bon écoulement des eaux (pluie, eaux usées) dans les gouttières des toits, les caniveaux et les drainages ;
▪ couvrez les réservoirs d’eau (par exemple avec un tissu) : bidons, citernes, bassins ;
▪ couvrez les piscines inutilisées, traitez l’eau des piscines (Javel, chlore), éliminez l’eau des bâches.

Dans un dépliant d'information sur le moustique tigre (PDF), édité en 2012 mais toujours d'actualité, la DGS précise que le moustique tigre se déplace peu. « Le moustique qui vous pique est né chez vous ! » explique la DGS. Les conseils ci-dessus pour éviter sa prolifération vous concernent donc directement.

Notez que le moustique tigre, qui se reconnaît à sa silhouette noire avec des rayures blanches sur l’abdomen et les pattes, pique surtout pendant la journée. Pour vous protéger contre les piqûres, portez des vêtements longs et amples, et utilisez des produits anti-moustiques.

Articles populaires